Tu fais peur Tu émerveilles

Uli_breton_180

Pour sûr tu es un grand dieu
Je t’ai vu de mes yeux comme nul autre
Tu es encore couvert de terre et de sang tu viens de créer
Tu es un vieux paysan qui ne sait rien
Pour te remettre tu as mangé comme un cochon
Tu es couvert de taches d’homme
On voit que tu t’en es fourré jusqu’aux oreilles
Tu n’entends plus
Tu nous reluques d’un fond de coquillage
Ta création dit haut les mains et tu menaces encore
Tu fais peur tu émerveilles.

in Poèmes, «Xenophiles», André Breton, 1948.

Suite de Tour du Monde surréaliste ; matière à réflexion :
L’appropriation surréaliste des objets d’art «indigènes». Article de Sophie Leclercq.

Mur_breton_300

et aussi, dans la même lettre du séminaire 13, <Arts & Sociétés :

Entre oeuvres d’art et documents : Les arts d’Afrique à Paris et à New-York dans les années 1930. Article de Maureen Murphy.

La fascination occidentale pour les objets non occidentaux. Article de Nélia Dias.

Photo 1 : Uli, Nouvelle-Irlande, anc. Collection André Breton, © Bibliothèque Jacques Doucet.
Photo 2 : Mur de l’Atelier d’André Breton © Centre G. Pompidou, MNAM

2 commentaires sur “Tu fais peur Tu émerveilles

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :