Rouge Kwoma

Wanmai300

Toujours au Musée du Quai Branly, à l’étage, et jusqu’au 4 janvier 2009, on pénètre dans un autre monde avec l’exposition Rouge Kwoma.
Loin de la blancheur immaculée de la banquise, les couleurs explosent dans les salles.
(cf. le dossier de presse et ses visuels).
Au commencement, raconte le mythe d’origine, c’est d’un petit trou d’eau, Wanmai, que les ancêtres des Kwoma, peuple du Haut-Sépik, sont sortis. Ils vivaient alors dans l’obscurité. Sous terre, l’un des hommes possédait un cochon nommé « parole qui élève ».
Tout un présage et une judicieuse métaphore !
Le cochon allait et venait mais sa peau était toujours couverte de terre rouge à l’issue de ses pérégrinations. Intrigué, son maître le suivit et c’est ainsi qu’il découvrit le soleil. Ce fut le début de l’installation en ces lieux de Papouasie-Nouvelle-Guinée, de ceux qu’on nomme les «hommes des collines», les Kwoma.

Atakamb260
C’est l’artiste Kwoma, Marek Kowspi, qui a voulu faire connaître la culture de son peuple.
Il entreprit alors, avec ses fils, la réalisation de peintures et c’est ce que nous voyons aujourd’hui: des réalisations contemporaines confrontées à quelques objets des collections du Musée.
Ce dernier s’est associé au projet de Marek Kowspi grâce à des acquisitions de peintures et au montage de cette exposition qui pose, entre autres, la question de la frontière entre la tradition et la contemporanéité.
Les communautés concernées par le projet ont voulu que des cérémonies d’inauguration soient organisées; celles-ci ont été filmées et sont diffusées à l’entrée de l’exposition.

Giyomb260

On ne peut être qu’étonné par ces peintures au premier regard ; l’oeil presque trop habitué aux objets ethnographiques en ces lieux. Je me suis surprise comme rassurée par leur présence parce que paradoxalement familière. Et puis on se laisse interpeller par des histoires qui ne manquent pas d’humour, « enchanter » par ces images, comme cette dernière dont le titre est simplement «Giyomb, portrait d’insecte».
Pour ma part j’y vois « l’oeil qui pense »… tout compte fait, on est bien peu de chose !

Photos extraites du catalogue Rouge Kwoma. Peintures mythiques de Nouvelle-Guinée. 2008, Musée du Quai Branly & RMN.
Photo 1 : © Marek Kowspi, Wanmai, 2002.
Photo 2 : © Chiphowka Kowspi, Atakamb, 2002.
Photo 3 : © Chiphowka Kowspi, Giyomb, portrait d’insecte, 2007.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :