Du pareil au même

Crochets

Lors de notre passage à Bâle la semaine dernière à l’occasion du voyage Colmar-Bâle-Zürich organisé par Détours des Mondes, nous fûmes accueillis par Elisabeth Voirol, conservatrice des collections Océanie au musée des Cultures qui nous fit profiter en avant première de l’exposition Pas de Bande à Part mettant en scène des séries d’objets.

Igname-bale

C’est ainsi qu’une série de statues Lobi, de poteries Kwoma réservées à la soupe d’igname servie aux futurs initiés, de crochets du moyen Sepik destinés à suspendre les bilum dans lesquels était conservée la nourriture, ou encore de poteaux de barrière anthropomorphes de Bornéo se trouvent exposés. L’idée de nous forcer à regarder la singularité de chaque pièce à l’intérieur d’une totalité est en effet bien séduisante.

Poterie-kwoma

Les masques à ignames Abelam, collectés par Anthony Forge, constituent à mes yeux la série la plus spectaculaire ! Repeints tous les ans pour la cérémonie des grandes ignames décorées, ces masques sont un florilège de formes et de couleurs. L’effet de série renforce probablement le sentiment d’être en présence d’objets « puissants » ou tout au moins « pas banals » : les peintures ne sont-elles pas ici de véritables substances magiques selon Anthony Forge !

Masques-ignames-abelam
Ces fêtes annuelles, un peu à l’image de nos concours agricoles, ont encore lieu de nos jours et les grandes ignames peuvent atteindre jusqu’à 4 mètres de long et peser 200 kgs. Il faut, pour le cultivateur, un savoir faire certain mais aussi pratiquer quelques rites et respecter des prescriptions et des interdits afin d’arriver à de tels résultats ; on parle aussi de magie… Celui qui remporte la compétition en retire évidemment un prestige certain.
On trouvera dans l’article Décrire des objets hybrides de Ludovic Coupaye, la description de la chaîne opératoire qui sous tend cette délicate tâche mais qui permet aussi de comprendre le lien entre ces tubercules et les images d’ancêtres ou les monnaies cérémonielles.

Igname-decoréé-ludovic-coupaye

Photos 1 à 4 de l’auteure, Bâle, avril 2016.
Photo 5 : © Ludovic Coupaye : http://tc.revues.org/docannexe/image/4730/img-1.jpg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :