Le Bullock Museum – 18

Bullock's_Museum_Piccadil_

À la fin du XVIIIème siècle, il y avait un orfèvre installé à Sheffield qui s’appelait William Bullock… les contes ne commencent-t-ils pas ainsi ??? Dans cette histoire là, il ne s’agit pas d’intervention du surnaturel mais de la passion d’un homme qui le transforma de bijoutier en antiquaire et naturaliste. Aussi se consacra-t-il rapidement et ce, de manière entière, à sa véritable passion.
Sa collection devient rapidement importante et en 1795, il créé à Shieffeld un museum pour l’abriter, puis l’installe à Liverpool en 1805.
En 1808, il publie un catalogue de ses objets d’art, armures, spécimens d’histoire naturelle et autres curiosités dont certaines ont été rapportées par les expéditions de Cook.
En 1809, Bullock emménage à Londres puis déménage sa collection dans l’impressionnant Hall égyptien à Piccadilly (cf. photo 1) en 1812 et qui ouvrira ses portes au public jusqu’en 1819, date de la vente de la totalité des collections !

Bullock's_Museum

L’un des grands intérêts de ce musée est d’avoir publié 17 éditions de guides ou companions.

349-500Bullock1819Les débuts de la collection Bullock est tardive, elle ne date que de 1789 et la plupart des objets des voyages de Cook est déjà passée entre différentes mains.
Adrienne Kaeppler (1974, Cook voyage provenance of the « Artificial Curiosities » of Bullock Museum ) signale que les guides de Bullock ne furent pas consultés de manière suffisamment attentive et que lors de la vente de 1819, tous les artefacts des mers du sud furent considérés comme provenant des voyages de Cook sans réelle vérification.
Or, lors de la vente du Leverian Museum en 1806, on sait que Bullock n’a acheté que 6 lots de matériel ethnographique soit 40 artefacts. Il aurait bien sûr pu acquérir des artefacts par un autre biais, mais cela ne peut être prouvé malgré les guides de son museum.
Ainsi a-t-il été supposé que les collections du Pacifique provenaient outre la vente du Leverian, de la vente du Greene museum de Litchfield ainsi que celle du Boulterianum Museum (voir article Des collections perdues ? – 7).
Il est mentionné effectivement des achats à la vente Boulter (30 objets semble-t-il) mais du côté Boulter, on ne parle que de 12 objets… bref cela
Lichenstein-bullock-salene semble pas assez clair pour pouvoir constituer de réelles preuves.
La vente du Bullock Museum en 1819 fut un réel événement :
Elle comportait 32 000 spécimens et il fallut 26 jours pour en arriver à bout. Les artefacts du Pacifique étaient cependant en petit nombre et ils ne firent l’objet que de deux jours de vente, le 6ème et le 22ème jour, avec en plus 2 lots à la vente le 21ème jour.
La dispersion des objets ethnographiques du Bullock museum constitue une date importante de l’histoire des collections : l’un des principaux acheteurs fut Charles Winn dont la collection sera donnée par son petit-fils, Lord St Oswald, au Te Papa en 1912. (Récemment, ce musée s’est inquiété du pedigree de ses collections et a émis des réserves sur l’attribution de certains quant aux voyages de Cook).
Un autre grand acheteur de la vente Bullock fut un certain Lichtenstein qui était un professeur d’histoire naturelle et qui devint le directeur du musée zoologique de Berlin. On pense que ses objets sont conservés au Musée ethnographique de Berlin mais rien de bien sûr car une grande partie de la documentation fut détruite pendant la guerre, et des objets demeurent introuvables…
Par contre, certains objets de Nootka Sound ont bien été identifiés comme provenant du troisième voyage de Cook, et dans l’ancien musée de Dalhem, une vitrine leur était consacrée lorsque j’y suis passée :

300-400 432-400

Masque étonnant et superbe chapeau de Nootka Sound avec des motifs en rapport avec la pêche que l’on avait pu admirer grâce aux dessins de John Webber mais aussi celui de Philippe Jacques de Loutherbourg.

Nootka316-512
Nootka-man403-512

Bibliographie :
Leverian Museum. A Companion to the Museum, MDCCXC. The Sale Catalogue of the Entire Collection, 1806. London: Hammer Johnson & John Hewett, (1979)
• Bullock William, Sale catalogue of the Bullock Museum, 1819 : a facsimile reprint with manuscript prices and buyers names, London : H. Johnson & J. Hewett (1979)
• Kaeppler A. L., 2011, Holophusicon, the Leverian Museum : an eighteenth-century English institution of science, curiosity, and art, Bishop Museum Press.
• Kaeppler A. L., 1974, « Cook voyage provenance of the « Artificial Curiosities » of Bullock Museum » in Man 9.

Photo 1 : Vue du Bullock museum, Hall Egyptien, 1828, dessin de Thos. H. Shepherd et gravure de A. McClatchy sur Wellcome Collection.
Photo 2 : Vue de l’intérieur du Bullock Museum, 1810, ©T.D.R
Photos 3 et 4 : Couverture et page du Catalogue de la vente du Bullock Museum
Photo 5 : Chapeau © Musée ethnographique de Berlin, n° IV A 7562, photo de l’auteure, 2015.
Photo 6 : Masque © Musée ethnographique de Berlin n° IV B 27, photo de l’auteure, 2015.
Photo 7 : © Philippe Jacques de Loutherbourg, 1785 © National Library of Australia.
Photo 8 : © John Webber.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :