La mort du Capitaine Cook

Mort_cook_300

La mort du Capitaine Cook en février 1779 est devenue rapidement un épisode légendaire, mettant à mal le mythe du «bon sauvage» qui était alors véhiculé dans l’Europe des Lumières.
Les faits sont connus. Cook débarque à Hawaï en janvier 1779, accueilli comme un «dieu». Il repart en février, mais une avarie oblige le Resolution et le Discovery à revenir. L’accueil n’est plus le même, des tensions surgissent.
Cook sera assassiné le 14 février.
Lono160Les interprétations, quant à elles, ont fait couler beaucoup d’encre… Retenons celle de M. Salhins.
Lorsque Cook débarque, les Pléïades sont bien visibles dans le ciel : c’est l’époque où Lono, le dieu de la fertilité «revient» sur terre. Les prêtres portent une effigie de Lono en procession autour de l’île, comme le représente ce dessin. Les rites du Makahiki se déroulent.
Le roi se met en retrait car il est une «représentation» de Ku, la divinité de la guerre; c’est le temps de Lono et les conflits territoriaux doivent cesser.
La vue des mats et des voiles blanches des navires retentit comme un écho visuel de la manifestation de Lono. Cook n’est pas considéré comme un dieu mais comme une «instanciation» de la divinité.
Ku_bmAussi, lorsqu’il part, le temps de Lono est terminé. Le dieu est mort d’une certaine façon, laissant la place aux lignées des hommes; c’est le sens des sacrifices rendus à Lono lors du Makahiki.
Mais lorsque Cook revient, les tensions croissent. Aussi lorsqu’il réclame la présence du roi pour une chaloupe volée, il met en danger le pouvoir de ce roi puisqu’il manifeste clairement l’opposition Lono-Ku.
Et cela est incompréhensible, impossible dans le monde des hommes.
La mort de Cook résulterait de cette logique.

À lire en ligne, l’article passionnant, interrogeant cette interprétation :
ZIMMERMANN Francis, 1998, « Sahlins, Obeyesekere et la mort du capitaine Cook », L’Homme, 146.

Sources :
SAHLINS Marshall, 1989, Des îles dans l’histoire. Paris : EHESS/Gallimard/Le Seuil (éd. originale : Islands of History, The University of Chicago Press, 1985).

La Mort de Cook, le 14 février 1779, Johann Zoffany, huile sur toile vers 1795, National Maritime Museum, Londres.
Dessin extrait du site Starbulletin.com
Photo 3 : Effigie en plumes, collectée lors du 3ème voyage de Cook, © The British Museum.

5 commentaires sur “La mort du Capitaine Cook

Ajouter un commentaire

  1. Il est finalement mort d’un choc de cultures. Comment l’un et l’autre des deux groupes pouvaient ils se comprendre ?
    Le récit de l’interprétation de cette mort est intéressant quant aux arrières plans historiques.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :