L’homme et la pirogue

Tonga400

La mise en exposition de bateaux grandeur nature dans la section Océanie du musée d’ethnographie de Berlin mobilise un vaste espace du rez-de-chaussée.
S’y mêlent waka polynésiens et embarcations de Mélanésie insulaire et de Micronésie.
Seul, l’exemplaire ci-dessus est, semble-t-il, une réplique d’un bateau de Tonga.

Santacruz300

L’existence de réelles places à vivre sur les coques ou flotteurs des embarcations nous permet de réaliser, à défaut d’imaginer, que la navigation hauturière était bien une réalité malgré l’apparente fragilité des navires.

Luf400

Si par la navigation en Océanie, nous évoquons la vie de peuples insulaires ; nous ne pouvons oublier les différentes faces de la mer : lieu de vie et de voyage, espace sacré, espace de réunion et de communication entre les humains et les dieux, espace d’échanges entre les hommes.

Tasman400

« Naviguer » devient une notion polysémique où la connaissance d’une science de la navigation (au sens occidental) ne constitue qu’une simple facette de celle-ci : hommes, pirogues, activités humaines, cérémonies, construction de l’individu ; tous sont des concepts imbriqués.

Schouten_lemaire1616

Je trouve fort juste et lourde de sens la réflexion de Joël Bonnemaison dans L’arbre et la pirogue, le volume 1 de sa thèse (Les fondements d’une identité : territoire, histoire et société dans l’Archipel de Vanuatu, 1985) :
« L’homme est un arbre, mais le groupe local est une pirogue. L’identité de l’homme est donnée par le lieu, mais sa pirogue le tire vers la route. La pirogue n’existe que grâce à la force du bois de l’arbre où elle est creusée – elle dépend donc des racines de l’arbre – mais son destin est de suivre une route qui mène de lieu en lieu, d’île en île. Elle est donc une valeur-voyage, un « territoire errant », qui tisse un lien entre les groupes locaux enracinés. »

Photos de l’auteur.
Embarcations originaires respectivement de Tonga, Santa Cruz et Luf (une des îles à l’ouest de l’archipel Bismarck).
Dessin 1 : Auslegerboot bei der Rückkehr vom Haifischfang, Neuirland. Nach einer Zeichnung von Abel Tasman, 1643.
Dessin 2 : Une embarcation polynésienne en mer entre Tonga et Samoa, vue par Le Maire en 1616 in Burney James, A Chronological history of voyages and discoveries in the South seas, vol.2, 1806

2 commentaires sur “L’homme et la pirogue

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :