J’ai épousé l’aventure

Osa-martin-johnson

Eclipsés par le couple solaire que fut celui de Charmiane et Jack London, les « amants de l’aventure », à savoir Osa et Martin Johnson, furent les pionniers des films documentaires dans les îles du Pacifique puis des reportages animaliers en Afrique.
Pourquoi s’intéresser maintenant à Martin Johnson ? Parce que lui et Osa formèrent un couple méconnu d’aventuriers, et nous allons retrouver demain la figure de Martin à l’occasion de la visite de l’Association Détours des Mondes à la Vieille Charité pour l’exposition Jack London dans les Mers du Sud.
Il fut en effet embauché comme cuisinier à bord du Snark, mais en fait n’y connaissant rien à l’art culinaire, il devint rapidement le mécanicien du bord… et surtout le grand « reporter » de l’expédition..
On lui doit pratiquement tout le témoignage photographique du périple suivi d’innombrables tournées de conférences aux Etats-Unis qui ajoutèrent à la notoriété de Jack London.
Après cette première grande aventure,il repartira vite vers les terres du Sud dans le but de réaliser des films et cette fois-ci avec sa compagne Osa.

Le succès du premier film, « Parmi les îles Cannibales des mers du Sud » réalisé en 1917 leur permet de monter une deuxième expédition dans le Pacifique Sud en 1919. En 1920 on les retrouvera à Borneo puis c’est l’Afrique qui les attirera pendant une dizaine d’années.

Charmian-jack-martin-johnson

Ci-dessus Martin Johnson en compagnie Charmian et Jack London.

Ecouter Michel Viotte ce 26 septembre sur France Culture :

Les amants de l’aventure est le titre du film de Michel Viotte réalisé en 1999.
J’ai épousé l’aventure est tiré du titre de l’ouvrage de Osa Johnson : I Married Adventure. The Lives of Martin and Osa Johnson paru en 1940.

Photos © T.D.R

Un commentaire sur “J’ai épousé l’aventure

Ajouter un commentaire

  1. Le point culminant de leur voyage, à travers les Nouvelles-Hébrides (Vanuatu) et les Îles Salomon en 1917, a été une brève, mais douloureuse, rencontre avec une tribu appelée les Big Nambas du nord de Malekula. Une fois là-bas, le chef n’allait pas les laisser partir. L’intervention d’un canonnier britannique les a aidés à s’échapper…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :