Le Hei Tiki de Chicago – 16

Hei-tiki-chicago
Le Hei Tiki du Field Museum de Chicago (273856), s’il s’inscrit dans les styles classiques de ces trésors maoris que sont les pendentifs porteurs de mémoires, a connu une biographie mouvementée et celle-ci rejoint « notre périple«  autour de la vente du Leverian Museum de 1806.
Il faut pour cela remonter une longue piste, aisée pour le début : avant Chicago, cet objet faisait partie de la collection du Capitaine A. W. F. Fuller.
Fuller était une personne hors du commun, peut-être un peu semblable au général Pitt Rivers, fasciné par les techniques, leur évolution et les différents designs.
Il réunit après guerre une importante collection et dès les années 30 chercha une institution qui puisse l’accueillir, l’exposer mais aussi la préserver. Ce ne fut qu’en 1958 que le Field Museum acheta les quelques 6884 objets du Pacifique de la collection Fuller, et le hei tiki s’y trouve donc désormais.
Pourtant il s’en fallut de peu qu’il n’arrive pas à Chicago puisque lors de la vente de 1910 de Tumbricane House, Fuller se trouve être devancé par un certain G. P. Spooner qui se porte acquéreur du lot 711, i.e du fameux hei tiki… heureusement, en 1913 Fuller le lui achète.
Le hei tiki était arrivé à Tumbricane House en 1897 lors de la vente de Hengrave Hall dans le Suffolk, il s’agissait alors du lot 978 vendu pour 4,5 guinées et c’est Alfred Pretty de Tumbricane House qui s’en était porté acquéreur.
Mais avant cette date de 1897 il y a un grand blanc historique, plus de 70 ans sans trace du hei tiki, probablement aux mains de la famille Cage, les propriétaires de Hengrave Hall, car la précédente mention de ce superbe objet date de 1821, vente de la collection Peter Dick.(cf. Kaeppler, 2011 p.101).
Mais qui était Peter Dick ?
Un collectionneur qui a acheté 20 lots soit 50 objets à la vente du Leverian Museum de 1806… Mais pas le hei tiki !

Lot-avant-drenier-jour-leverian
Car à cette fameuse vente, il s’agit encore de Thomas Atkinson qui fut l’acheteur du lot 8 l’avant dernier jour de la vente et qui le revendit à Dick … Quand ? Le pendentif est mentionné dès 1815 dans le catalogue de la collection de Peter Dick et est bien présent dans celui de la vente de 1821, il s’agit pour ce dernier du lot 74. Mais l’acheteur de ce lot n’est pas connu… le pendentif se retrouvera pourtant bien d’une façon ou d’une autre, entre 1821 et 1897, aux mains de la famille Cage.
Comme il en était question dans le précédent article il y a encore beaucoup de flou autour du personnage d’Atkinson…(cf. « Mr. Atkinson : Dealer Par Excellence » in Kaeppler, 2011 p.93-97)

Robe-deuilleur-stone
Parmi les pièces importantes que ce dernier acheta encore et qui se retrouva rapidement dans les collections de Peter Dick, figure cette somptueuse robe de deuilleur que Sarah Stone avait dessinée. Atkinson s’en porta donc acquéreur le dernier jour de la vente du Leverian (lot 13) puis elle aurait été exposée au domicile de Dick car présente dans le catalogue de sa collection daté de 1815.
On sait que certaines des acquisitions de Peter Dick provenant du Leverian ont été rachetées par Richard Cuming (voir article suivant), mais cela semble difficile à tracer.
Lorsque Dick meurt en 1821, la robe de deuilleur se retrouve naturellement aux enchères, il s’agissait du lot 39 qui a été acheté par un certain M. Triphook.
Là encore un acheteur dont l’identité suscite quelques perplexités (Kaeppler, 2011, p.101).
À partir de cette vente, on perd la trace de la robe… ses éléments ont-ils été dispersés dans plusieurs collections ? Il semble que Richard Cuming ait possédé certaines parties de la composition. Dans les années 1940, beaucoup d’artefacts du Cuming museum furent acquis par K. A Webster et ceux-ci furent les objets d’échanges avec J. Hooper. À la mort de ce dernier, il semble que le musée de Tahiti et des îles acquit des éléments du costume, mais la trace de la totalité est perdue.

À suivre.

Sources :
Leverian Museum. A Companion to the Museum, MDCCXC. The Sale Catalogue of the Entire Collection, 1806. London: Hammer Johnson & John Hewett, (1979).
• Kaeppler A. L., 2011, Holophusicon, the Leverian Museum : an eighteenth-century English institution of science, curiosity, and art, Bishop Museum Press.
• Force Roland W. & Maryanne, 1971, The Fuller Collection of Pacific Artefacts, New York Praeeger Publ..

Photo 1 : Hei Tiki 273856, The Fuller Collection in Force 1971.
Photo 2 : Extrait du catalogue de la vente de 1806.
Photo 3 : Dessin de Sarah Stone.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :