Il était un petit navire

Samoa-Otto-Finsch
Les expéditions scientifiques allemandes qui ont remonté le fleuve Sepik mentionnées jusqu’à présent n’ont guère navigué plus loin que ce que nous appelons le Moyen Sepik. Pour être juste il faut mentionner les tentatives du Samoa, ce navire commandé par le capitaine Eduard Dallmann, celui-là même qui avait conduit Otto Finsch en 1885 dans la première remontée du Sepik par les Allemands (seulement 50kms de l’embouchure !).
À l’été 1886 Georg Von Schleinitz, au service de la Neu-Guinea Kompanie, dirige une mission d’exploration qui remontera le Sepik. Il est entouré de l’astronome Carl Schrader, du botaniste Max Hollrung et de l’ornithologue Carl Hunstein à bord du vapeur Ottilie qui les conduira sur près de 480 kms sur le fleuve.
Un an plus tard, le 28 juin 1887, c’est au tour du Samoa d’embarquer Carl Schrader et ses compagnons Hollrung et Hunstein, accompagnés du géologue Carl Schneider. Ce vapeur les mènera encore plus en amont, pendant 15 jours sur plus de 720 kms.
Les buts de telles expéditions étaient de trouver de la main-d’oeuvre pour les plantations mais aussi de nouvelles terres propices à l’établissement d’entreprises allemandes. Il s’agissait bien sûr d’étudier la navigabilité du fleuve et aussi la botanique avec l’espoir de trouver des ressources exploitables comme le caoutchouc et le café.
Le rapport de Schrader sur ces points économiques s’avéra négatif et découragea pour un temps le souhait d’exploitation des Européens.
Il semble que les documents soient rares autour de cette expédition. Heureusement, deux membres de la Rhenish Missionary Society avaient embarqué à bord du Samoa, et l’un d’entre eux, Friedrich Eich, avait tenu un journal de bord. Celui-ci, retrouvé par Ulrike Claas et Paul Roscoe, fournit quelques renseignements (« A journey up the Sepik Reiver » in The Journal of Pacific History, vol 44, n°3, 2009).
Le Samoa est parti de Hatzfeldhafen et a remonté le Sepik jusqu’après Chenapian comme indiqué sur la carte de Eich. Là, le Samoa a rebroussé chemin (à 10 ou 15kms de l’embouchure de la May River) après avoir établi un camp quelques jours, du 6 au 10 juillet 1887. (ci-dessous).

Map
Mais de ces expéditions on ne sait rien quant à l’éventuelle collecte d’objets ethnographiques…
Dans la journée du 29 juin, Eich mentionne avoir vu un énorme masque peint en blanc doté d’une barbe et attaché au fronton d’une maison ; on n’en saura pas plus…

À suivre

Photo 1 : Le vapeur Samoa, dessin de Otto Finsch, 1885 in Samoafahrten. Reisen in Kaiser Wilhems-Land und Englisch-Neu-Guinea in den Jahren 1884-1885 an bord des deutschen dampfers Samoa, 1888, Leipzig.
Téléchargeable

Photo 2 : Carte de Friedrich Eich, reproduite dans l’article mentionné de P. Roscoe & Ulrike Claas.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :