Des nouvelles de M. d’Entrecasteaux ?

Recherche_Espérance-François_Roux

L’association Détours des Mondes propose la semaine du 14 octobre une conférence sur les collectes du voyage d’Entrecasteaux.
Après avoir évoqué avec vous les collections d’artefacts rapportés par les voyages de James Cook (47 notes), décrit les ventes des premiers musées privés qui accumulaient naturalia et artificialia, relevé l’engouement qu’elles suscitaient en Angleterre et dans toute l’Europe à la toute fin du XVIIIème siècle et début du XIXème (notamment la vente de 1806 du Leverian Museum (18 notes)), nous ne pouvons que poser la question : Qu’en est-il des collectes des expéditions scientifiques françaises à travers le Pacifique au cours du XVIIIème siècle ? Pourquoi ne parler que de Cook ?
Une constatation rapide s’impose : les collections publiques comportent très peu d’objets ethnographiques ramenés par ces voyages.
Or un ouvrage collectif écrit sous l’égide de Wonu Veys, Bronwen Douglas et Billie Lythberg a été publié en décembre 2018 se penchant sur le voyage de Bruni d’Entrecasteaux parti à la recherche de La Pérouse.

Quant au contexte français de l’époque, d’autres chercheurs se sont penchés récemment sur cette « invisiblilité » des « artificialia » des expéditions françaises (c’est le cas notamment de Bertrand Daugeron).
C’est d’une part, sur le premier ouvrage, Collecting in the South Sea – The Voyage of Bruni d’Entrecasteaux 1791-1794 que je m’appuierai pour faire état des découvertes récentes dans les collections de différents musées et suivre les trajectoires, parfois insensées, des artefacts collectés lors de cette expédition.
D’autre part, suivant la piste de ces objets, et grâce aux recherches menées plus spécifiquement sur les collections scientifiques françaises, nous découvrirons des aspects insoupçonnés de cette époque si particulière que fut celle de la Révolution française.
Nous relèverons le contraste entre la longueur du temps des voyages d’exploration de cette période et la brutalité de celui du « Politique » : Ne pouvions-nous pas partir en expédition sous la Royauté pour revenir sous la République ou sous la République pour revenir sous l’Empire ?
Les idées politiques du capitaine, du naturaliste du bord… ne scellaient-elles pas le destin des collections ?… pour un moment du moins !

Bibliographie à suivre

Photo : La Recherche et L’Espérance, par François Roux, 1827.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :