Meinhard Schuster et Eike Haberland – Francfort

Pupitre-orateur-timbunke

Les expéditions menées sur le Sepik par Alfred Bühler (évoquées précédemment) pour le compte du musée de Bâle attiraient bien des envies. Au début des années 60, Adolf Ellegard Jensen, alors professeur d’ethnologie à l’université de Francfort, directeur de l’Institut Frobenius et du Museum für Völkerkunde de Francfort proposa à la ville de financer une expédition en Nouvelle-Guinée. Il obtint le budget pour cette mission qu’il confia à deux assistants de l’Institut Frobenius, Eike Haberland et Meinhard Schuster.

Koreori-heberland

Dans un premier temps, en 1961, Meinhard Schuster se concentra sur les villages situés entre Angoram et les monts Washkuk ; puis en 1963, cette fois-ci sous la direction d’Eike Haberland, c’est la région du Korewori qui est principalement inspectée.
Le département Océanie du musée de Francfort comporte notamment des pièces imposantes telles que des poteaux de maison cérémonielles, des tambours à fente et des bateaux, ramenés à Francfort par cette expédition.
Haberland

En 1965, Schuster travaillera pour ce qu’on appelle maintenant le musée des Cultures de Bâle. Il mènera des recherches notamment avec Christian Kaufmann dans le Moyen et Haut Sépik ; et en 1967, il deviendra le conservateur de la section Océanie du Musée d’Ethnologie de Bâle.
En 1970, il sera le successeur d’Alfred Bühler à la chaire d’ethnologie à l’Université de Bâle.
Les années passant, il n’est peut-être pas étonnant de retrouver une exposition qui a fait date à Bâle : Korewori. Magic Art from the Rain Forest, organisée par Christian Kaufmann en 2003.
Une grande partie des sculptures provenait de la mission de 1961-1963 !

Korewori-bale


Photo 1 : Pupitre d’orateur, Timbunke, 1963 © Institut Frobenius, Francfort, FoA 31-MF520-01.
Photo 2 : Homme sculptant une barre décorative pour la maison des hommes de Yanitobak, Korewori, 1964, photo Eike Haberland, © Institut Frobenius, Francfort, FoA 31-KB11-02.
Photo 3 : Planche de l’article « Zum Problem der « Hakenfiguren » Der südlichen Sepik-Region in Neuguinea » in Paideuma: Mitteilungen zur Kulturkunde Bd. 10, H. 1 (Jul., 1964).
Photo 4 : Vue de l’exposition de 2003 sur le site de Swissinfo.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :