L’art des ghostnets

Photo de l’autrice, 2017 à l’Université de Genève lors de l’exposition Australie : Défense des Océans. L’art des ghostnets

On a vu depuis quelques années émerger ce type de sculptures réalisées à partir de morceaux de filets de pêche abandonnés en mer (ghost nets), se situant à la fois dans une démarche écologique puisqu’il y a récupération de déchets dans lesquels des animaux se retrouvent pris au piège, et une démarche artistique.
Géraldine Le Roux, anthropologue à l’Université de Bretagne Occidentale, chercheuse associée à la James Cook University en Australie, travaille depuis plus de vingt ans auprès d’artistes australiens aborigènes et insulaires du détroit de Torres, et de créateurs polynésiens, samoans, maori et kanak.
Elle vient de publier une somme richement illustrée sur le sujet : L’art des ghostnets. Approche anthropologique et esthétique des filets-fantômes dont voici un extrait :

Télécharger Extrait L’art des ghostnets

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :