À l’origine du Leverian Museum – 4

L’importance des collections accumulées par Ashton Lever dès l’ouverture de son musée au public, en 1771 (on parle en 1773 de 1300 boîtes vitrées réparties dans sept pièces), questionne sur la provenance de ces objets (1). On sait que Lever acheta dès le retour des expéditions Cook ses premiers artefacts des mers du sud, Cook... Lire la Suite →

Les « reliques » d’Omaï – 3

Dans l’année 1771, un peintre strasbourgeois vient s’installer à Londres, il s’agit de Philippe-Jacques de Loutherbourg. Un peu plus de dix après, on le retrouve à la tête du Théâtre royal de Drury Lane. Rencontre-t-il John Webber, encore à Londres et connu depuis son retour en 1780 par les gravures du troisième voyage qu’il supervisait... Lire la Suite →

John Webber : la collection Farquhar – 2

Nous avons déjà relevé l’importance du dessinateur John Webber durant le troisième voyage de Cook, à savoir la réalisation de centaines de dessins illustrant des scènes de la vie de tous les jours, décrivant des paysages et des artefacts, dépeignant avec précisions les indigènes. C’était notamment la première fois que les Occidentaux pouvaient disposer d’images... Lire la Suite →

Une chenille des Mers du Sud

On se souvient de la figure de Joseph Banks, personnage éminent dans le monde des sciences de l'Angleterre de la fin du XVIIIème siècle et à la tête de la Royal Society pendant 42 ans. Suite à sa participation lors de la première expédition de James Cook, on se souvient aussi qu'il avait été caricaturé... Lire la Suite →

Taonga Pasifika – 47

Suite et fin....On peut ainsi imaginer des conversations fructueuses entre les objets, les artistes, les anthropologues, les conservateurs. Ce sont des initiatives qui se sont développées depuis plusieurs années. Le musée d’anthropologie et d’archéologie de Cambridge et le Pitt Rivers museum d’Oxford ont été notamment pionniers dans ces réflexions et leur mise en pratique. Dans... Lire la Suite →

Epilogue – James Cook – 46

Toute balade ouvre des chemins et il nous appartient de poursuivre dans telle ou telle direction. On peut à juste titre s’entêter dans ce qu’on considère être la piste principale ou s’égarer, non pas vainement, mais pour mieux défricher ce qui est encore inconnu non seulement dans le fond mais aussi dans la forme. Suivre... Lire la Suite →

Bibliographie – James Cook – 43 – 44 – 45

• Gathercole P. & Clarke A., 1979, Survey of the Oceania Collections in museum in the United Kingdom and the Irish Republic, téléchargeable : Doc UNESCO • Idiens D. & Knowles Ch., 2015, « Cook-Voyage Collections in Edinburgh, 1775-2011 » in Cook-Voyage Collections of « Artificial Curiosities » in Britain and Ireland, 1771-2015, Coote J. (ed.), Museum... Lire la Suite →

Et vous faites pleurer les bébés ! – 45

Last but not least, le plus prestigieux musée d’Angleterre, The British Museum, est celui qui bouclera notre périple, consciente d’avoir omis de nombreux lieux en Europe, des musées plus modestes, qu’il faudrait visiter. Mais ceci n’est qu’un premier « Grand Tour » qui aura volontairement passé sous silence deux chemins encore à explorer : les... Lire la Suite →

…et à Edimbourg – 44

À la suite du musée de Glasgow, qu’en est-il de la capitale écossaise ? Pourquoi y aurait-il des objets des voyages de Cook conservés à Edimbourg ? La première idée est bien sûr de rechercher les ressortissants écossais parmi les équipages... auraient-ils rapporté quelques artefacts au pays ? J'ai déjà écrit sur ce sujet, mais... Lire la Suite →

De nouveau à Glasgow – 43

J'ai découvert l'année dernière ce merveilleux et vieux musée qu'est l'Hunterian Museum de Glasgow, et j'ai déjà eu l'occasion d'écrire une note à son sujet. Mais dans la perspective des collections Cook, reprenons brièvement ici l'histoire de ce musée pour ses collections du Pacifique. Si l'une des plus grandes personnalités de Glasgow est sans nul... Lire la Suite →

Bibliographie – James Cook – 40 – 41 – 42

• Coote J. (ed.), 2015, Cook-Voyage Collections of « Artificial Curiosities » in Britain and Ireland, 1771-2015, Museum Ethnographers Group. • Digby Kenelm Henry, 1810-1817, The Naturalists Companion containing drawings with suitable descriptions of a vast variety of Quadrupeds, Birds, Fishes, Serpent and Insects; & accurately copied either from Living Animals or from the stuffed... Lire la Suite →

Dublin 1810-1817 : The Naturalists Companion – 42

A contrario, le couteau scarificateur d’Hawaii présenté ci-dessus (1882.3664) et comportant douze dents de requin, est un des objets assez bien renseigné puisqu’il a conservé une ancienne étiquette où l’on peut lire « A Knif of Sandwich Islands. with a knif of this kind Capt. Cook was cut to pieces. N°72 », une inscription qui... Lire la Suite →

Énigme à Dublin – 41

Dans le « fameux » Artificial Curiosities, ouvrage de 1978, A. L. Kaeppler comptabilise 72 objets "estampillés" Cook à Dublin. Mais ce que nous apprend Rachel Hand (1) dans ses recherches menées entre 2003 et 2006, c’est qu’il y aurait eu en fait non pas deux donateurs mais quatre, et que la collection attribuée aux... Lire la Suite →

Irish Medicine – 40

Dans notre périple septentrional, une escale à Dublin s’impose afin d'évoquer la figure d’un chirurgien, ce type d’homme précieux, presque aussi important que le Capitaine lors des expéditions au long-cours. Et c’est d’Irlande que nous vint cet homme providentiel pour Cook en la personne de James Patten (1), chirurgien à bord de la Resolution lors... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑