Joseph Banks : un botaniste éclairé

Banks-joseph1771

Joseph Banks, personnage que nous avons vu assis à gauche dans le tableau de J. H. Mortimer de 1771, était en 1768 un jeune homme de 25 ans, à la tête d’une grande fortune héritée quelques années auparavant de son père.
C’était un naturaliste, un botaniste qui avait réussi à se faire embarquer en 1766 sur le HMS Niger pour partir explorer les côtes du Labrador.
Fort de cette expérience, il se présente à James Cook lorsque celui-ci prépare son 1er voyage, chargé par la Royal Society d’explorer le Pacifique Sud et d’observer le transit de Vénus prévu pour le 3 juin 1769.
Joseph Banks souhaite être du voyage et surtout compte participer à hauteur de £ 10,000 au montage de l’expédition. Il recrute ainsi une équipe de spécialistes : Daniel Solander, botaniste suédois et ami qu’il a rencontré en travaillant au British Museum, le botaniste Herman Spöring qui sera l’assistant de Solander, Alexander Buchan, un artiste peintre et Sidney Parkinson, un talentueux illustrateur naturaliste.
La liste complète de l’équipage de l’Endeavour est donnée sur ce site.
Mais regardons ce portrait de 1771, au retour du premier voyage. Joseph Banks est enveloppé dans une cape maori. Des objets l’entourent : à gauche, on distingue un Fau de Tahiti, une pagaie maori ; à droite, une massue maori, une hache tahitienne et un livre ouvert à la page d’une plante maori dessinée par Sydney Parkinson.
Ce portrait, ainsi voulu, dénote de son esprit ouvert aux cultures qu’il découvrait et particulièrement à la culture maori qui l’avait profondément séduit.
Mais est-ce uniquement le portrait désintéressé d’un homme éclairé de son siècle que nous avons devant les yeux ? Rien n’est moins sûr. Joseph Banks fit don de nombreux objets collectés dans les terres lointaines au Christchurch College d’Oxford dont certains semblent être précisément ceux représentés ici.
Le portrait de Benjamin West ne serait-il pas plutôt destiné à donner de Joseph Banks l’image d’un généreux donateur ?

Banks-british

Joseph Banks n’accompagna pas Cook dans ses autres voyages. Suite à un « différent » sur les logements à bord, il refusa d’embarquer en 1772 lorsque Resolution et Adventure prirent la mer.
Quoiqu’il en soit, il ne fit plus de grandes expéditions mais devint un personnage éminent dans le monde des sciences de la fin du XVIII ème siècle et du début du XIXème puisqu’il fut élu président de la Royal Society en novembre 1778 et le restera jusqu’à sa mort en 1820 !
Grâce à la Mitchell Library de Sydney, on peut avoir accès au journal de bord de Joseph Banks. On peut ainsi le télécharger :
Volume 1 et
Volume 2
À relire sur le Blog, une note de 2010 : Les répliques des massues maori de Joseph Banks.

Photo 1 : Sir Joseph Banks peint par Benjamin West, 1771, © Lincolnshire Council, Usher Gallery.
Photo 2 : Sir Joseph Banks d’après un portrait de Sir Joshua Reynolds, 1774, © The Trustees of the British Museum.

Un commentaire sur “Joseph Banks : un botaniste éclairé

Ajouter un commentaire

  1. Protecteur de William Bligh, qu’il fit nommer Capitaine de la Bounty en charge de rapporter des plans d’arbres à pain de Tahiti aux Antilles Britanniques, où il était lui même propriétaire d’une vaste propriété avec des esclaves. Le but de cette transplantation de l’arbre à pain visait à réduire les coûts de subsistance des esclaves. Cependant les esclaves refusèrent la consommation du.fruit de l’arbre à pain.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :