Ethnologie bâloise : Alfred Bülher et Paul Wirz

Heilige-bildwerke-aus-neuguinea

Le jeune anthropologue qu’était Alfred Bülher en 1931, fut lui aussi envoyé en Papouasie Nouvelle Guinée par Fritz Sarrazin à la suite de Felix Speiser, plus exactement cette fois dans l’Archipel Bismarck. Dans cette première mission, il collecta près de 2000 objets pour le musée de Bâle dont il deviendra conservateur en 1938, puis directeur en 1949 et jusqu’en 1962.
Nous le connaissons surtout pour sa mission en territoire Abelam de 1955 à 1956. Il entreprit ce voyage juste après le décès de Paul Wirz près de Maprik. Ce dernier est également une figure importante de l’ethnologie bâloise, il avait étudié l’anthropologie à Zurich et à Bâle, et avait été diplômé en 1920 avec sa thèse sur les Marind-Anim (sud-ouest de la Nouvelle-Guinée), sous la direction de Felix Speiser. Wirz est également célèbre par ses expéditions dans la région du lac Sentani
(cf. Ancêtres du lac).

Wirz-sentani

Télécharger l’article « Photographies de Nouvelle-Guinée par Paul Wirz »
de Virginia-Lee Webb (in Art Tribal 2, 1995)


En 1954, Bülher avait monté avec Wirz la première exposition sur le Sepik à Bâle, et ce avec les pièces de la collection de ce dernier. Certaines d’entre elles sont maintenant conservées au Tropenmuseum d’Amsterdam.(Cf. les masques Abwan)
C’est lui qui a remarqué, peut-être le premier, l’existence d’objets inaliénables chez les Iatmul tels les pupitres d’orateur, ne pouvant absolument pas en acquérir. Il a cependant noté que, très vite, les Iatmul ont appris à en réaliser uniquement à usage de la vente. Ci-après une photographie de JK McCarthy (officier du gouvernement australien) vers 1930 de pupitres d’orateur, effectivement réalisés pour la vente aux Occidentaux.

Orateurs-1930

Enfin, Alfred Bülher retourna sur le Sepik en 1958 et rejoignit Anthony Forge qui effectuait un long travail de terrain chez les Abelam, ayant repris des études au département d’anthropologie de la London School of Economics. L’année suivante, ils partent tous les deux en expédition de collectes et acquièrent de nombreuses oeuvres pour le musée de Bâle. Forge repartira du reste collecter de nouveau pour le musée en 1962-1963 ; à partir de là ses recherches se concentreront sur les artistes et les styles artistiques locaux… On connaît depuis, l’importance de ses réflexions en anthropologie visuelle. Lire :

Ed. Alison Clark & Nicolas Thomas, Sidestone Press.


Et particulièrement l’article de Christian Kaufmann : « Anthony Forge and Alfred Bühler: From Field Collecting to Friendship » p.181.

À suivre...

Photo 1 : Photo de la couverture du catalogue Heilige Bildwerke aus Neuguinea. Führer durch das Museum für Völkerkunde und Schweizerische Museum für Volkskunde Basel. Sonderausstellung vom 9. November 1957 bis 31. März 1958.
Photo 2 : © Paul Wirz, Ifar ou Kabterau, 1926 © The Metropolitan Museum.
Photo 3 : © JKMc Carthy vers 1930.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :