L’expédition Krusenstern

Marquisiens de Nuku Hiva. Gravure de Ignaz Sebastian Klauber, réalisée d’après le dessin de Wilhelm Gottlieb Tilesius von Tilenau, médecin, naturaliste et artiste officiel de l’expédition Krusenstern – 1803-1806.

La lecture récente de Joseph Kabris m’a incitée à revoir succinctement les grandes lignes de l’expédition Krusenstern que je n’ai jamais dû évoquer sur ce blog, passée dans l’ombre des expéditions de Cook, Bougainville, La Pérouse… etc.

Et pourtant cette expédition était de grande ampleur, se voulant elle aussi à des fins scientifiques et commerciales, embarquant des naturalistes allemands G. H. von Langsdorff, W. G. Tilesius von Tilenau également talentueux dessinateur, un astronome suisse Hofrat Horner, ou encore un musicien Johann Caspar Horner, un cartographe bien sûr, von Bellingshausen, et autres talents… L’équipage était multiculturel, ce qui n’allait pas sans poser problème ! Les capitaines étaient Adam Johann von Krusenstern, un baron allemand de l’empire balte mais né sujet russe, commandant le navire la Nadezhda, et le capitaine russe Urey Lisiansky, dirigeant la Neva.  L’expédition était en fait sous le commandement du comte Nikolaï Rezanov, ministre plénipotentiaire du tsar Alexandre Ier auprès des colonies d’Extrême-Orient et d’Occident de l’Empire russe. L’objectif étant aussi d’approvisionner les colonies russes du Kamtchatka, d’Amérique et de livrer des fourrures à la Chine et au Japon, ouvrant des relations diplomatiques avec ce dernier pays. Tout ceci étant mené sous les auspices de la Société russe-américaine, lancée par ce même Rezanov !

Circumnavitation Krusenstern – Tracé bleu : Parcours de la Nadezhda – Tracé Rouge : Parcours de la Neva © Natural Earth

L’expédition est donc partie de Cronstadt le 28 août 1803 et revenue (avec quelques écarts entre les deux bateaux) à l’été 1806. De nombreux témoignages ont été rapportés : Krusenstern, Lisiansky et Langsdorff ont publié leurs journaux dans de nombreuses éditions, Lisiansky a publié en russe (1812) et anglais (1814), Langsdorff en allemand (1812), et en anglais en 1813, et de manière différente en 1817 puis en néerlandais en 1811-1815. Quant à Krusenstern, il publie son Voyage autour du monde dans les années 1803-1806, entre 1810 et 1812 sous la forme de 4 volumes et un atlas en allemand. Cet ouvrage sera traduit en français en 1821 (disponible en deux volumes sur Gallica). Toutes ces versions ont été traduites encore à l’occasion de nouvelles éditions. Cette expédition est donc aussi un incroyable succès éditorial curieusement passé sous silence !

Le chef de Santa Christina, vers 1777, Londres, par John Hall, William Hodges. Legs de Charles Rooking Carter, 1896 © Te Papa (1992-0035-1805)

Si on se focalise sur le passage marquisien (au terme duquel Krusenstern embarque Joseph Kabris), on doit à Tilesius de nombreux et précieux dessins. Les Marquises sont en effet connues des Européens depuis 1595, mais jusqu’à l’expédition russe ces derniers ne possédaient guère d’images. Les premiers dessins n’ont été réalisés qu’en avril 1774 avec le deuxième voyage de Cook. William Hodges a effectivement brossé quelques dessins dont de célèbres portraits (ci-dessus) en avril 1774 dans l’île de Tahuata (Santa Christina).
La seule autre image des Marquises publiée en France entre 1798-1800 provient du récit de Fleurieu sur le voyage d’Etienne Marchand autour du monde (1790-1792) et illustre un repose-pied des fameuses échasses marquisiennes (ci-dessous).

C’est dire combien les planches dessinées lors de cette expédition sont précieuses : dans l’atlas, sont représentés des paysages du Kamchatka, des îles Kouriles, du Japon, de la Chine, de la Polynésie, des portraits d’habitants de ces contrées ou encore des spécimens d’histoire naturelle. Ce sont bien sûr les dessins (tous esquissés par Tilesius) des corps tatoués qui ont retenu l’attention, ainsi que le soin apporté aux coiffures, aux ornements des personnages. 

An Inhabitant of the Island of Nukahiwa in Langsdorff l813 : VI
A Young Nukahivan not completely tattooed in Langsdorff 1813 : VII
Portrait d’un homme de Nuku Hiva d’après Wilhelm Gottlieb von Tilesius von Tilenau

Source : Ivory, Carol S. « Images of the Marquesas from the Krusenstern Expedition. » in Rapa Nui Journal: Journal of the Easter Island Foundation Vol. 18 (2)(2004), Article 8. En ligne.

Cette expédition a fait l’objet en 2019 d’un volume de cette admirable collection : Pacific Presences par les éditions Sidestone : TIKI. Marquesan Art and the Krusenstern expedition, édité par  Elena Govor and Nicholas Thomas.

3 commentaires sur “L’expédition Krusenstern

Ajouter un commentaire

  1. Merci, super intéressant comme toujours. La photographie n’atteindra jamais la précision et la délicatesse du dessin, et ici quels dessins !
    En regardant le dernier représentant un homme de Nuku-Hiva d’après Gottlieb, cet homme a les lèvres tatouées verticalement, comme cousues. Je croyais que ce type de tatouage était uniquement féminin.

    J'aime

  2. Je pense que le tatouage des lèvres de la sorte et du menton se pratiquait notamment chez les femmes maories et hommes de haut statut. En ce qui concerne les Marquisiens, je n’ai pas de précisions, il faudrait pouvoir consulter les ouvrages de Von den Steinen par exemple.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :