James Edge-Partington (8)

James Edge Partington au British Museum, photo © T.D.R.

James Edge-Partington (1854-1930) fait partie de cette liste de collectionneurs ethnographiques anglais célèbres du XXème siècle. Lui aussi a acheté des artefacts « Davis » via la filière « Gerrard & Sons » et ce très tôt, en 1903. Ses achats font état de 60 objets. Partington était un homme qui voyageait beaucoup et écrivait, il était aussi ethnologue. Il a ainsi parcouru le monde entre 1878 et 1881 en collectant de nombreux objets et en prenant des photographies, constituant ainsi de précieux et précoces témoignages. À partir de 1882, il devint bénévole au département des antiquités britanniques et médiévales et de l’ethnographie du British Museum.

Page de An Album of the Weapons, Tools, Ornaments, Articles of Dress &c, of the Natives of the Pacific Islands. Drawn and Described from Examples in Public & Private Collections in England.

Au British Museum, il a notamment aidé à cataloguer et à rédiger les étiquettes pour les collections océaniennes. (Voir des fiches ici, ou ou encore par exemple). Avec l’aide de Charles Hercules Read alors conservateur, Edge-Partington a publié en 1890 un album sur les armes, outils, ornements, vêtements… des indigènes des îles du Pacifique illustré d’objets de sa propre collection puis, a écrit dans divers périodiques, notamment ceux de l’Institut royal d’anthropologie, dont il était un membre actif.

Edge-Partington a très probablement pris connaissance de la collection Davis grâce à son travail au British Museum. En 1912, il a commencé à envisager de vendre sa collection d’objets d’art. C’est ainsi qu’en 1913, le British Museum acquiert 102 objets puis 5 autres deux ans plus tard dont aucun ne provient de la collection Davis. Par contre le Pitt Rivers Museum lui a acheté en 1913 des objets de la collection Davis dont des « onotoa », ces colliers en dents de baleine des Kiribati. 

Onotoa, Kiribati © PRM1913.65.36
Onotoa, Kiribati © PRM1913.65.37

Onotoa, Kiribati © PRM1913.65.38

Tout au long de ses recherches sur les collections du Pacifique, Edge-Partington a développé de solides relations avec les musées de Nouvelle-Zélande et est devenu membre de la Société polynésienne de Nouvelle-Zélande. Le reste de sa collection devait être vendue au musée d’Otago, mais la vente ne s’est pas faite et c’est le Musée du Mémorial de la Guerre d’Auckland qui l’a acquise en 1924.

Onotoa, Kiribati © Auckland War Memorial Museum 15875

à suivre…

Sources : Toujours l’ouvrage d’Alison Clark : Pacific artefacts and the voyages of HMS Royalist 1890-1893 de l’excellente collection RESONANT HISTORIES.

Roger Neich, 2009, « James Edge-Partington (1854-1930) : An ethnologist of independent means » in Records of the Auckland Museum Vol. 46. Consultable en ligne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :